Reportage précédentReportage suivantBELIZE

Caroline devant le poste frontière
Guatemala-BelizeAprès Tikal, nous voulons rejoindre le Yucatan au Mexique. Comme la jungle n'a permis la construction d'aucune route directe entre les deux pays, nous prenons alors la direction de Belize, l'ex-Honduras Britannique.
Tout petit pays ouvert sur la côte Caraïbe, le Belize ne compte que 225000 habitants. Membre du Commonwealth, il est le seul pays d'Amérique Centrale où l'Anglais est la langue officielle. A cheval entre la culture Maya, Caraïbe -les descendants d'esclaves représentent un fort pourcentage de la population- et britannique (administrativement et politiquement sous le regard de la 'couronne'), Belize est un pays méconnu qui s'ouvre peu à peu au tourisme.
Nous ne passons que quelques heures dans ce petit pays, et déjà nous regrettons de n'avoir qu'un visa de transit. La gentillesse et le sourire des gens nous touchent immédiatement. De Melchior à Belmopan, la capitale, nous mettons environ 2 heures.
Minuscule capitale de 4000 habitants, Belmopan n'est en fait qu'une capitale administrative, choisie plus pour sa position géographique que pour son rayonnement culturel ou économique. Éloignée de la côte, elle se situe en effet à l'écart des passages fréquents des cyclones qui ont à plusieurs reprises détruit la côte Caraïbe. Aussi a-t-il été jugé beaucoup plus sûr de conserver les documents administratifs de cette petite république dans ce gros bourg perdu au milieu de la jungle.Yannick, dans le local prêté
Belize-City, BELIZE
A notre arrivée à Belize City, nous apprenons que le prochain bus pour la frontière partira demain matin à 4h. Demandant l'autorisation de rester la nuit dans la minuscule gare routière, le responsable du dépôt nous indique que ça n'est malheureusement pas possible, les locaux ferment à 22h30. Revenant quelques minutes plus tard, il nous propose alors autre chose:
- Si vous voulez, vous pouvez rester dans un bus.
Peu habitués à tant de sollicitude, nous acceptons avec entrain. Alors que nous nous apprêtons à nous diriger vers le bus, l'homme revient vers nous:
- Si vous avez de quoi dormir, je peux vous prêter le local à côté, si vous voulez!
Nous sommes stupéfaits par tant de gentillesse. Certes, le local n'a rien du 3 étoiles mais cela nous comble amplement!
- Bonne nuit, ajoute-t-il!
A 3h30, nous nous réveillons pour monter rapidement dans le bus qui nous conduit jusqu'à la frontière mexicaine. Reportage suivant Reportage précédent